D2 – D3 : touché – bloquée

Ce matin, en réajustant mes bas, j’ai cru à un malaise cardiaque. Le mien. Une douleur fulgurante de l’omoplate à la poitrine. Comme un coup de poignard dans le dos. Comme ce que j’imagine être un coup de poignard dans le dos.

J’ai hurlé. Je me suis accrochée au mur. J’ai fermé les yeux. J’ai attendu. Rien n’est venu. Ni l’apaisement, ni le chaos. Pas de malaise cardiaque.

Grande sotte. Un malaise cardiaque. Tragédienne, va !

Juste un souci de vertèbres. Très douloureux, certes. Handicapant, assurément. Prévisible, aussi.  Il n’y avait pas meilleur jour pour se coincer deux vertèbres. Mon ostéo me recevait ce soir.

« Voilà. Votre corps commence à comprendre qu’il ne doit plus avoir peur ».

Ricanement intérieur. Pirouette. Sourire poli. Sol qui s’ouvre sous mes pieds.

Trois granules d’arnica (Mamy, arrête de danser le gigue dans ton urne) et une papote plus tard, je suis dans ma voiture. Accrochée au volant. A l’arrêt. Dans le cake. Hum … c’est fort l’arnica.

Vraiment ? Mon corps commence à comprendre ? A comprendre quoi ? Ne plus avoir peur ? Peur de quoi ? Ah ? De la mort ?

Ah. De la mort.

Mmmmm. Mon corps commence à comprendre ? Mon coeur et mon esprit aussi alors ? Pour dénouer mes émotions ? Pour creuser autre chose que MA tombe d’angoisses insidieuses ?

En mars dernier, j’ai presque mouru. Presque. Une hémorragie post-op. Un geyser par le nombril. Une nuit de folie. Deux opérations en moins de 24h. Un corps faible et meurtri.

Et puis il y a eu les attentats de Bruxelles. Et j’ai oublié. Parce que j’étais en vie. Moi, j’étais en vie. J’avais juste eu un petit bobo. Rien de comparable.

Mais mon corps n’a pas compris. Mon Moi rationnel sait. Tout est sous contrôle. La maladie est identifiée. Elle est domptable et domptée. Je suis suivie. Même plus peur d’une potentielle opération. Même plus. Ou peut-être que si. Parce que mon corps, apparemment, il n’a pas reçu le message. Courrier égaré. Et si mon Moi rationnel est inconscient, hein ? S’il flanche avec le choc ? Qui va passer le putain de message ?

Ah, oui. C’est vrai. Mon corps commence à comprendre. C’est pas moi qui le dis. Je le crois, pourtant. Je l’ai lu dans les granules d’arnica. Warf (Mamy, il suffit ! ). Et puis mes doigts se délient. Pas encore ma D2 et ma D3. Pas complètement. Qu’importe. C’est un signe.

Mes doigts se délient. Ils ont trouvé, en urgence, le chemin du blog. MApapote entame le processus. Poser les mots pour les sortir de MA. C’est ce qui MA va le mieux. Je crois que quelques billets s’annoncent. Juste avant 2017. Pour refermer cette drôle d’année 2016.

A bientôt ?

Publicités

4 réflexions sur “D2 – D3 : touché – bloquée

  1. Pauvre MA et merci à la fois, tu m’as bien fait rire.
    Je te laisse, je retourne masser mes pieds, tu ne connais pas la chance que tu as avec tes vertèbres :p

  2. Un temps pr chaque chose, un tps en mouvement, un tps de pause mais tt doucement, les choses avancent et s’apaisent. Le corps a encore ses dernières turbulences. Aime-le dirait Lise Bourbeau. Prends le meilleur de ce qui est à venir. Mes pensées vers toi, tu le sais. Je t’embrasse

  3. Pingback: #sandrakimstaïle | mapapote

  4. Pingback: Strange | mapapote

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s